projets phares

Depuis sa création officielle en novembre 2017, l’association FDD-Bénin a initié une panoplie de projets phares avec l’appui des personnes ressources et des partenaires. Entre autres projets, on peut citer : 

Renforcement des capacités techniques et institutionnelles de l'association FDD-Bénin

C’est un ambitieux projet d’envergure nationale dont le but est d’asseoir la visibilité et l’impact des actions de l’association FDD-Bénin dans la totalité de sa zone d’intervention qui s’étend sur les trente six (36) communes situées aux frontières nationales du Bénin.

Le projet couvrira aussi bien les aspects de recrutement du personnel, du renforcement technique et matériel, de l’élaboration du plan stratégique quinquennal et de la mise en service de ses antennes dans les communes d’intervention.

Ce projet d’auto-construction et d’impact s’étalera sur 30 ans et est lancé depuis Décembre 2017. Notre approche est d’identifier dans chacune de nos zones d’intervention, un entrepreneur agricole capable de représenter nos valeurs et d’implémenter notre mission au service de sa commune. En retour, il bénéficiera de notre appui tant en terme technique, matériel et financier afin de pouvoir faire face aux défis pour lesquels il est sollicité.

A l’étape actuelle, l’association n’est présente que dans 3 communes notamment à Djougou (siège principal) et dans deux autres communes où elle à ses antennes dont Adjohoun (dans l’Ouémé) et Tanguiéta (dans l’Atacora).

Projet de sensibilisation sur le cancer du col de l’utérus et l’hypertension artérielle

Ce projet fait partie des tout premiers projets lancés en Mars 2018 dont l’objectif est de contribuer à l’éveil de conscience de la population sur certaines maladies récurrentes dont le cancer du col de l’utérus et l’hypertension artérielle.

Le projet a connu un grand succès avec l’appui des médecins de la zone sanitaire de Djougou et la radio Solidarité FM. Il a consisté en des émissions radio rediffusées plusieurs fois.

La stratégie de mise en oeuvre du projet à consisté à :

  • Mobilisation de partenaires pour l’organisation d’émission radio de sensibilisation;
  • Invitation des populations  à l’écoute par diffusion des dates et heures de diffusions
  • Suivi post émission pour évaluer l’impact auprès des auditeurs et patients et en  quête d’informations;
  • Mise en contact des cas de personnes souffrant de ces affections avec les responsables de la zone sanitaire de Djougou.

Projet de formation professionnelle et d’insertion des jeunes et groupes de femmes défavorisées en pisciculture et technique de production artisanale de provende dans la vallée de l’Ouémé

C’est l’un des plus grands projets qu’à conduit l’association FDD-Bénin dans le sud précisément à Adjohoun en partenariat avec l’Ambassade des USA au Bénin et la mairie de la localité.

Le projet s’est déroulé d’Octobre 2018 à Octobre 2019 et s’est investi à :

  • l’Installation de l’unité de production et de formation en pisciculture ;
  • l’Installation de l’unité de formation et de production de provende ;
  • l’Organisation des sessions de renforcement des capacités des jeunes et groupes de femmes défavorisées et engagées ;
  • la mise en place d’un cadre de Collaboration avec les élus pour l’atteinte des objectifs du projet et la promotion du « consommer local » ;
  • le Renforcement de la synergie avec les acteurs de développement de la région

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet, l’ambassade des USA a contribué à hauteur de  5000 dollars soit environs 2.500.000 FCFA pour l’acquisition des équipements et matériels de la provenderie. Quant à FFD, elle a assuré la formation des jeunes, leur installation et le suivi post-formation. la mairie quant à elle s’était engagée à l’accompagnement des jeunes bénéficiaires pour faciliter leur formation et l’installation de leur unité de production et surtout le développement d’un environnement propice à la consommation locale.

Une cinquantaine de bénéficiaires ont été directement impactés par ce projet.

Organisation des campagnes alimenterre et de solidarité au Nord-Bénin

Le festival des solidarités s’est imposé depuis plus de 20 ans comme un rendez-vous incontournable pour toutes celles et ceux qui souhaitent mettre en avant la solidarité sur leur territoire, en France et à l’international. Depuis 2016, des collectifs Festisol se sont constitués au Cameroun, au Burkina Faso, au Togo, en Guinée, au Bénin, etc. 

Le collectif Dongaterre qui est sous le leadership de FDD-Bénin a été constitué en 2019 et se prépare actuellement pour la deuxième édition du festisol au Nord-Bénin.

Dans le cadre du Festisol, des milliers de personnes organisent chaque année, en novembre, des événements aussi engagés que conviviaux, pour célébrer la solidarité locale et internationale. Deux semaines durant, ce temps de mobilisation festif permet d’aller à la rencontre des citoyen·ne·s, d’initier une réflexion commune et de les inviter à devenir actrices et acteurs d’un monde plus juste, solidaire et durable. Le Festisol contribue ainsi à sensibiliser et mobiliser les citoyen·ne·s pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD). 

Le lien ci-contre donne un aperçu sur les actions réalisées dans ce sens par le collectif Dongaterre. 

https://www.festivaldessolidarites.org/asso-tableau-de-bord

EDUCATION à LA CONSERVATION de la nature et au développement durable

Ce projet s’inscrit dans le cadre global d’un programme de coopération scolaire d’égal à égal entre Kaufbeuren (Allemagne) et l’Atacora (Bénin). Il est lancé en mai 2019 pour un partenariat à long terme dont le but final du projet est de permettre aux élèves des écoles partenaires d’apprendre les uns des autres. La coopération scolaire aidera ainsi les élèves des deux pays à acquérir des connaissances authentiques, à se poser des questions sur leurs propres réalités de vie et à œuvrer pour un monde plus juste à un jeune âge.

Le présent projet part des problématiques réelles au vécues au Nord et au Sud pour proposer une approche toute innovante et holistique qui se focalise sur la jeunesse, qui constitue l’avenir de l’humanité.

En effet, bien qu’elle ait réussi à relier les économies du monde entier entre elle, la mondialisation n’est malheureusement pas parvenue à ce jour à faciliter le rapprochement des peuples de ces pays de façon pacifique. Par ailleurs, elle a approfondi de division de part et d’autres du monde. C’est dans cette dynamique que le présent projet est initié pour lutter contre une division plus profonde entre les peuples et créer un sens global de communauté en travaillant sur les plus jeunes membres de nos sociétés. Ceci vient corroborer cette vieille tradition qui dit, je cite « il est plus difficile de redresser un arbre ; de peur de le casser, on ne peut que le tailler. Par contre, un arbuste du fait de sa flexibilité est maniable avec des résultats beaucoup plus rapide et durable sans séquelles ».

Le but final du projet est de créer un monde solidaire qui favorise le partage et l’échange mutuel dans une dynamique d’égal à égal. La coopération scolaire que propose le projet aidera ainsi les élèves des deux pays à acquérir des connaissances authentiques, à se poser des questions sur leurs propres réalités de vie et à œuvrer pour un monde plus juste à un jeune âge.

Les bénéficiaires prévisionnels associés à la mise en œuvre du projet sont constitués de 30 ménages soit environ 150 personnes dont 30 % de femmes. Mais en fin de projet, on a pu dénombrer plus de 1000 personnes indirectement touchées (avec plus d’un tiers de femmes) à travers nos partages et échanges via les réseaux sociaux.